Il y a 4 ans, lors de ma grossesse (en fait en toute fin de grossesse, genre 10 jours avant d'accoucher!), j'ai perdu l'équilibre en passant l'aspirateur et je me suis rattrappée sur la poignée de la porte de notre chambre. Elle s'est cassée sur le coup. Nous avons eu autre chose à faire que de la réparer sur le champs, et de toute façon comme on ne fermait jamais la porte de notre chambre, ce n'était pas bien grave.

Tutus est né et nous nous sommes posés tranquillement dans notre vie à 3.
Le jour de son dixième jour, soit le 19 juin 2005, c'était la fête des pères. Nous avions décidé d'aller passer la journée chez mes parents, donc notre adorable tout petit ange était tout bien habillé et dormait dans son coussin d'allaitement au milieu de notre lit, pendant que nous nous prépariions. (moi à me maquiller dans le salon, MMM dans la salle de bain)

Et voilà que j'entends des cris de la salle de bain :Quel Con!!! Mais quel con!!!  Suivis de tout un merveilleux langage que je maîtrise personnellement très bien!
MMM avait, pour ne pas réveiller le petit en se rasant, fermé la porte de notre chambre, enfermant ainsi notre petit garçon dans la pièce. (second étage sans vis à vis, pas de balcon à enjamber, fenêtre fermée bien entendu...)
Notre Tutus s'est bien entendu réveillé, mis à pleurer. Moi j'avais peur qu'il ne glisse dans le coussin et  ne s'étouffe (oui, souvenez vous, c'est moi la mère angoissée qui réveillait son fils quand il dormait trop longtemps tellement j'avais peur qu'il n'ait fait la mort subite...)
Au bout d'un long moment à essayer de démonter la porte, on a fini par faire appel à papa qui est arrivé  (tel Belmondo à sa grande époque) et a défoncé la porte d'un grand coup d'épaule, délivrant ainsi mon bébé de son calvaire qui allait le marquer à vie... Hourra pour le PAPOU !!!

Il faut croire que notre fils aime les situations étouffantes, puisqu'il a récidivé en s'enfermant tout seul comme un grand et avec une habilité déconcertante, dimanche soir dans les toilettes.
Sauf qu'il n'arrivait plus à ouvrir et qu'il a bien paniqué (tant mieux, çà lui servira de leçon) Au bout de 30 mn de ce manège "tutus, tourne la petite poignée, essaie encore! non, je veux sortir de là, je n'y arrive pas! "
et alors qu'on avait tout tenté: "tutus, si tu tournes la poignée pour ouvrir la porte et que tu sors tu auras un barbigoût " (comprendre un carambar gélifié qui se tortille dans tous les sens et dont notre fils raffole. Pas folle, je ne lui ai pas promis autre chose, quoi que peut être de la sauce tomate aurtait pu marcher, ou tiens, aller dans un magasin mais pas trop crédible à 20h30...) MMM a décidé d'enfoncer la porte, ou plutôt de dégommer la poignée à coups de pieds de biche.
Tutus a été délivré... pas consolé (non mais franchement, il ne manquerait plus que çà!) a filé au lit, a dormi comme un bébé, pendant que nous, pauvres parents décompressions, malades de ce qui venait de se passer...

Bon, comme on dit... jamais deux sans trois ;(